La côte équatorienne

Written by sophie on. Posted in Equateur

Le compte à rebours est lancé…moins d’un mois avant le retour !

Finis les randonnées et les musées, nous comptons passer ces derniers jours à la plage ! Il y aura certainement quelques exceptions à notre programme, mais entre la côte pacifique de l’Équateur et la côte atlantique du Brésil, on ne devrait pas avoir de mal à trouver notre bonheur.

On s’arrête donc à Puerto Lopez, un village connu pour :

- sa plage : sans être parfait, le cadre est quand même sympa…

 - son port, enfin plutôt les nombreux bateaux de pêche. Parce que nous n’avons pas vu réellement de port, mis à part un morceau de plage où des dizaines de bateaux étaient échoués.

En tout cas, le nombre d’oiseaux indique clairement que les bateaux ne sont pas là uniquement pour la décoration. La pêche reste encore l’une des activités principales des habitants.

- l’Isla de la Plata, surnommée également « les Galapagos des pauvres ». Si vous ne souhaitez pas vous ruiner à aller sur l’île la plus connue de l’Equateur/Amérique du Sud/monde, on vous conseille cette solution.

L’Isla de la Plata possède une faune et une flore extraordinairement riche, ou en tout cas extraordinairement inhabituelle. On a eu par exemple la chance d’être accueilli pas des énormes tortues venues danser autour du bateau.

On passe les détails logistiques pas forcément idéaux : tour organisé, temps limité sur l’île, randonnée en groupe obligatoire (pas la randonnée, le groupe !),… L’île étant protégée, on comprend ces mesures, et on se réconforte avec la vue.

On n’est habituellement pas fan des oiseaux, mais ceux que l’on a croisés nous ont un peu fait changer d’avis. A commencer par le fou à pattes bleues

On ignore encore les noms des autres espèces rencontrées, malgré les explications en espagnol de notre guide. On les appellera donc « l’oiseau-bain moussant »…

…et « le rouge gorge qui voulait devenir aussi gros que le bœuf ».

Et si l’on vous dit que ce que nous avions vu jusqu’ici n’était rien par rapport à ce qui nous attendait lors de la traversée-retour…

Et oui, des baleines à bosses nous ont « accompagnés » pendant quelques minutes !

Pas facile de prendre la photo au bon moment (et au bon endroit), et pourtant, on a eu de nombreuses occasions. Les meilleures images resteront donc dans nos têtes !

- le parc national Machalilla (si vous êtes perdu dans la lecture de cet article, souvenez vous que nous l’avons construit comme une liste des choses à voir à Puerto Lopez), et plus précisément la communauté d’Aqua Blanca. Outre l’histoire et le mode de vie de la communauté, c’est l’occasion de découvrir des paysages toujours impressionnants.

Quelques curiosités ont retenu notre attention, comme les arbre-cactus.

Arrêt obligatoire à Laguna Blanca (qui n’est plus blanche depuis plusieurs années) pour se tartiner de boue avant de plonger dans l’eau saturée en souffre. Il parait que c’est bon pour la peau…

- Toujours dans la parc Machalilla, la plus belle plage d’Equateur (selon certaines sources non objectives) : Los Frailes. C’est en fait une succession de 3 plages de sable fin, propres (ce qui est rare en Amérique du Sud), désertiques, dans un cadre magnifique. Parfait malgré les quelques nuages à l’horizon…

 -  les poissons grillés au barbecue, les tuk-tuk, l’hôtel avec terrasse, les croques-monsieur servis sur la plage,…il y a encore beaucoup à dire sur Puerto Lopez.

 

On termine cet article et notre périple en Equateur à Guayaquil, la capitale économique du pays. On nous avait dit beaucoup de mal  de cette ville : sans charme, rien à faire,… On a été positivement surpris.

A première vue, Guayaquil ressemble à une  ville européenne d’après-guerre : immeubles gris, larges avenues et rues étroites, et quelques bâtiments « anciens ».

Mais si on cherche un peu, on découvre sur la colline les vieux quartiers, dont les couleurs (et l’anarchie) rappellent Valparaiso.

Et d’en haut, on peut profiter de la vue.

Surtout, c’est l’un des rares endroits où l’on peut observer des iguanes en liberté en pleine ville ! Et ça, ça n’a pas de prix.

 

Tags: , ,

Leave a comment